menu-mobile
Je veux m'inscrire à l'infolettre
x
Ouvrir le menufermer le menu
Recherchez
fermer
  • facebook
  • twitter
  • youtube
  • instagram

État de situation sur le coronavirus (COVID-19)

Consulter l'avis

Chroniques policières

Mars, mois de la prévention de la fraude

Hameçonnage, rançongiciel, arnaque amoureuse, extorsion, vol d’identité, fausse transaction… les fraudeurs ne manquent pas de créativité pour parvenir à leurs fins. Mars étant le mois de la prévention de la fraude, voyons ensemble quelques cas typiques de fraudes ainsi que les actions à prendre pour éviter d’être la cible de fraudeurs.

Revenu Québec et Agence de revenu du Canada

Les arnaqueurs sont bien conscients du stress et de la charge mentale qui viennent avec les déclarations de revenus pour les impôts, il s’agit d’une période propice aux hameçonnages. La façon de procéder est simple : le fraudeur envoie massivement des textos, des courriels ou tente de communiquer par téléphone pour vous laisser croire que vous devez de l’argent à l’Agence de revenu du Canada ou à Revenu Québec. Il demande alors un virement bancaire pour vous acquitter de votre dette fictive, sans quoi vous ferez l’objet de procédures judiciaires. Ne répondez pas aux textos ni aux courriels. Si vous avez des doutes, communiquez directement vous-même avec les autorités gouvernementales pour vérifier si vous avez réellement un solde en souffrance.

Achats en ligne et petites annonces

La pandémie et l’accès limité aux commerces ont poussé les consommateurs vers les achats en ligne et les sites de petites annonces. On a malheureusement pu constater que les fraudeurs sont également actifs sur ces sites. Si vous désirez vendre un objet sur un site spécialisé dans les objets usagés, soyez vigilants lorsque vient le moment de récupérer le paiement. Les fraudeurs tenteront de vous berner avec un courriel de paiement en attente et il demandera de faire affaire avec un service de livraison pour envoyer la marchandise. Il est préférable de procéder à la transaction en personne en respectant les normes de distanciation physique, dans un endroit public achalandé, de préférence. Le stationnement d’un poste de police est un endroit parfait pour conclure une transaction.

Les fraudeurs tentent de susciter un sentiment d’urgence pour parvenir à leurs fins. Soyez vigilants et prenez votre temps avant de prendre des décisions. Validez auprès de vos proches et n’oubliez pas que si cela semble trop beau pour être vrai, c’est probablement le cas!

 

À lire aussi:

  • Chasse au cerf: nouveautés en 2020 et rappels de sécurité

    La diminution du nombre de chasseurs, le nombre grandissant de cerfs ainsi que l’émergence de la maladie débilitante chronique (MDC) ont motivé le Gouvernement à adopter de nouvelles mesures favorisant les adeptes de la chasse.

    La plus grande nouveauté est certainement la possibilité dans notre région de se procurer deux (2) permis pour deux (2) zones différentes. Concrètement, si vous abattez un cerf dans la zone 9 par exemple, vous pouvez vous obtenir un deuxième permis pour une autre zone, la 11 par exemple, et abattre un deuxième cerf. 

    Armes à feu: la sécurité d’abord

    Une arme à feu ne devrait JAMAIS être transportée lorsqu’elle est chargée, que ce soit à bord d’un véhicule automobile ou d’un véhicule hors route. Une arme à chargement par la bouche (communément appelée poudre noire) peut toutefois être transportée chargée d’un lieu de chasse à un autre si la capsule de mise à feu ou le silex a été retiré. Si vous transportez votre arme à feu et que vous devez vous arrêter en chemin, verrouillez votre arme dans le coffre du véhicule ou dans un compartiment similaire pouvant être verrouillé.

    Si le véhicule n'est pas muni d'un coffre ou d'un compartiment pouvant être verrouillé (une camionnette par exemple), placez les armes à feu et les contenants d'armes à feu à l'intérieur du véhicule de façon à ce qu'ils ne soient pas visibles et verrouillez le véhicule.

  • Ours: sachez quoi faire en randonnée

    L’automne avec ses couleurs incomparables, ses odeurs de fraîcheur et l’absence de moustiques est le moment parfait pour profiter du plein air et s’adonner à la randonnée pédestre à Mont-Tremblant. Toutefois, des compagnons de route surprise peuvent se joindre à nous…

    Des appels ont récemment été logés au 9-1-1 concernant la présence d’ours noirs dans les boisés bordant le secteur du centre-ville de Mont-Tremblant. Voici quelques conseils à mettre en pratique si vous tombez face à face avec un ours en randonnée.

    Comment réagir?

    Ne criez pas et ne courez pas. Restez calme et parlez d’un ton régulier, mais ferme tout en reculant et en adoptant une posture imposante en levant les bras en l’air. Utilisez un manteau ou un vêtement au besoin pour être le plus impressionnant possible aux yeux de l’animal. Ne paniquez pas si l’ours se met sur ses pattes arrière. Il adopte souvent cette posture pour analyser les nouvelles odeurs ou pour communiquer que vous êtes dans son espace personnel.

    Parmi les légendes urbaines figure celle où il vaut mieux «faire le mort». Bien que cette tactique puisse fonctionner avec un grizzly, sachez que l’ours noir a probablement aussi peur que vous et qu’il préférera sûrement éviter l’affrontement et vous laisser quitter les lieux. «Faire le mort» ne fera qu’éveiller son intérêt pour vous.

    Si le combat est inévitable, le nez de l’ours noir comporte de nombreuses terminaisons nerveuses et constitue son point faible, gardez-le en tête!

    Évitez… d’être invitant!

    De la fin de l’été jusqu’à son hibernation, l’ours noir consomme environ 20 000 calories quotidiennement (adieu taille de guêpe!). Il raffole particulièrement des graines placées dans les mangeoires d’oiseaux. Assurez-vous de placer vos mangeoires aussi haut que possible et éloignées des arbres de manière à les rendre inaccessibles pour les ours. Évitez également de placer vos déchets et votre compost au chemin trop longtemps avant la collecte. 

Abonnez-vous
à notre infolettre

flèche
flèche