Entraves sur les rues Labelle et de Saint-Jovite du 21 septembre au 9 octobre.

-
En savoir plus
menu-mobile
Je veux m'inscrire à l'infolettre
x
Ouvrir le menufermer le menu
Recherchez
fermer
  • facebook
  • twitter
  • youtube
  • instagram

État de situation sur le coronavirus (COVID-19)

Consulter l'avis

Plantes allergènes, dangereuses ou envahissantes

Plantes allergènes, dangereuses ou envahissantes à surveiller


L’herbe à poux, une plante allergène


Identification

  • Apparence variable en fonction des stades de croissance.
  • Peut atteindre jusqu’à 1 m de hauteur.
  • Feuilles : dentelées, semblables à celles des carottes.

Pourquoi

L’herbe à poux est à l’origine de réactions allergiques saisonnières chez les personnes qui y sont sensibles. 

Quoi faire

Arrachez-la ou tondez-la sur une base régulière dès que vous la voyez. Jetez les résidus aux ordures (et non dans le bac brun) dans un sac étanche.

Contrairement à l’herbe à puce (feuilles arrondies en groupe de trois), l’herbe à poux est sans danger au toucher.

La renouée du Japon, une plante exotique envahissante


Identification

  • Forme des bosquets qui peuvent atteindre entre 1 et 3 m de haut.
  • Fleurs verdâtres à blanches qui poussent en grappes (ressemblent au lilas commun).
  • Feuilles ovales et  placées en alternance sur les tiges.
  • Tiges cylindriques, creuses, similaires au bambou, tachetées de rouge sombre.
  • Se retrouve généralement près des berges des cours d’eau, des milieux humides, des terrains abandonnés et en bordure des routes.

Pourquoi

Plante invasive qui se répend très rapidement. Ses racines importantes et la toxine qu’elle sécrète dans le sol nuisent à la croissance des autres plantes. Sa présence rend également difficile l’accessibilité aux rives.

Quoi faire

Ne pas utiliser la renouée du Japon pour les aménagements paysagers. La tondre, la couper ou l'arracher dès que vous la voyez. La répétition et la fréquence régulière des coupes sont très importantes afin d’affaiblir la plante. Assurez-vous de bien retirer tout le réseau racinaire qui peut atteindre une profondeur importante. Jetez les résidus aux ordures (et non dans le bac brun) dans un sac étanche.

La berce du Caucase, une plante exotique envahissante et DANGEREUSE


Identification

  • Peut mesurer de 2 à 5 m de hauteur.
  • Fleurs blanches et forment un ensemble arrondi au sommet de la tige.
  • Feuilles dentelées qui peuvent atteindre 3 m.
  • Tige robuste, tachetée de rouge avec quelques poils blancs rigides.

Attention de ne pas confondre avec la berce laineuse qui n’est pas dangereuse. La tige de cette dernière possède peu ou pas de taches rouges et est recouverte de poils blancs soyeux.

Pourquoi

Le contact avec la sève, combiné avec l’exposition à la lumière, cause des lésions à la peau semblables à des brûlures. De plus, elle s’étend rapidement et nuit à la croissance des autres plantes.

Quoi faire 

Contactez-nous immédiatement au 819-425-8614. 

Le myriophylle à épis, une plante aquatique exotique envahissante 


Identification

  • Les tiges sont minces et se courbent afin de flotter à la surface de l’eau. Elles sont abondamment ramifiées près de la surface et forment des amas denses.
  • Les feuilles sont divisées et composées de 12 à 24 paires de folioles. Les folioles ont l’apparence d’une plume.
  • Les fleurs, souvent rougeâtres, sont disposées sur des épis émergeants. Certaines colonies ne fleurissent pas.

Pourquoi

Le myriophylle à épis (Myriophyllum spicatum) est une espèce de plantes aquatiques exotiques envahissantes (PAEE) eurasienne bien établie au Québec. Son contrôle et sa gestion sont un vrai « casse-tête », car sa progression est en constante évolution. Une des sources de contamination de plantes aquatiques dans les lacs est reliée aux déplacements de bateaux d’un lac à un autre. Il est donc d’intérêt public d’assurer la protection des lacs.

Quoi faire pour contrôler la propagation 

  • Inspecter et nettoyer les embarcations et l’équipement entre chaque mise à l’eau. Consultez le règlement (2018)-159 concernant le lavage des embarcations.
  • Éviter de circuler dans les zones où les plantes aquatiques prolifèrent.*
  • Ne pas arracher les plantes aquatiques.*
  • Limiter les apports en sédiments et nutriments aux plans d’eau.
  • Ne pas remettre à l’eau tout organisme aquatique provenant d’un autre plan d’eau.
  • Apprendre à identifier les différentes espèces de plantes aquatiques.
  • Éviter l’utilisation de sel de déglaçage.

*Arracher ou couper les plantes peut aggraver la situation. Le myriophylle à épis se propage par fragmentation, ce qui veut dire qu’un fragment de la plante peut donner naissance à un nouveau plant. 

Pour en apprendre davantage sur le myriophylle à épis et pour connaître les actions mises en place pour prévenir sa propagation, consultez le site Internet du Conseil régional de l'environnement des Laurentides (CRE Laurentides). 

 

  • Guide des bonnes pratiques en milieu aquatique

  • Politique de gestion des usages et des accès publics aux plans d’eau

  • Lavage des bateaux et embarcations

Abonnez-vous
à notre infolettre

flèche
flèche